Finance

Au total, le déficit budgétaire s’élevait à 128 millions de dollars et représentait 0,28 % du PIB.

Selon le rapport de la Situation Financière de l’Administration Centrale (Situfin), au cours du premier mois de cette année, un déficit budgétaire de 128,8 millions de dollars a été enregistré et représente 0,28% du Produit Intérieur Brut (PIB).

Par rapport au résultat analysé (12 mois), la balance rouge de l’administration centrale s’est élevée à 1.576,6 millions de dollars, ce qui implique 3,46% du PIB, mais enregistrant une réduction de 0,6% du produit par rapport à l’année fiscale 2023. , selon le ministère de l’Économie, chargé du traitement du citado informe.

« Ce résultat s’explique en partie par une moindre dynamique dans l’exécution des gaz et surtout dans l’inversion, et par une plus grande dynamique des intrants fiscaux », est souligné dans le rapport.

En outre, dans une autre partie du rapport, il est noté que, en déduisant les deux héritages des années précédentes, le déficit budgétaire représente en termes annuels 2,3% du PIB.

En revanche, le résultat d’exploitation (12 mois) s’est élevé à -3.828,9 millions de millions (512,5 millions de dollars), soit -1,13% du PIB.

Entrées et gastos

Par ailleurs, dans le Situfin, on note la bonne dynamique du revenu total, qui a enregistré une variation interannuelle positive de 20,3%.

Ce comportement s’explique principalement par la bonne dynamique des recettes fiscales, survenue le mois dernier avec une augmentation nominale de 25,4% et de 21,3% en termes réels.

De la même manière, les autres composantes du revenu total ont enregistré des variations positives, de 4,3% pour les Binacionales et de 7,5% pour le reste des Autres Revenus Non Tributaires.

Par rapport au gaz total, une diminution de 9,6% a été enregistrée entre les années, ce qui s’explique par les réductions dans l’exécution des parts d’usage des biens et services, de -73,4% ; y d’intérêts, de -78,7%.

En revanche, les rémunérations personnelles, les dons et les avantages sociaux ont présenté des hausses de 9,4% ; 22,8% et 11,7% ; respectivement.

D’autre part, le rapport souligne que, sur le total des recettes fiscales obtenues, 58% ont été affectés au financement des services personnels dans l’ensemble du secteur public. Cet indicateur était inférieur aux 68% enregistrés au même mois de l’année 2023.

Dans le cadre du renversement public, il atteindra en 2024 un niveau d’exécution de 37 millions de gourdes, un niveau bas qui se normalisera dans les prochains mois ; Cependant, en termes analysés (12 mois), l’inversion reste à 2,34 % du PIB, conformément à la trajectoire de convergence budgétaire estimée.

Enfin, le rapport mentionne que des perspectives positives sont maintenues concernant la situation budgétaire actuelle et l’évolution des comptes budgétaires, conformément à l’objectif de convergence.