Marchés

BCP réduit le TPM et la localisation de 25 points de base à 6,25%

Ce lundi, la banque Matriz a relevé pour la septième fois le taux d’intérêt de sa politique monétaire, en le ramenant de 6,50% à 6,25%, la décision étant unanime selon le communiqué.

La décision a été soutenue par des résultats positifs tant du point de vue interne qu’externe. Il est à noter que les frais ont commencé à diminuer à partir du mois d’août où ils étaient de 8,50 %.

C’est précisément dans le domaine extérieur que la résilience de l’économie européenne est évidente, dans laquelle les dernières données publiées sur la croissance du PIB et de la population ont été meilleures que prévu. En revanche, les taux d’inflation, calculés par l’IPC et l’IPP, étaient supérieurs à ceux attendus par le marché noir. Dans ce contexte, l’attente du premier taux d’intérêt d’impôt de la Réserve Fédérale a été reportée au deuxième trimestre de cette année et sur les marchés financiers une légère augmentation des rendements des obligations Largo Plazo et de la forteresse internationale du dollar.

En relation avec les tensions géopolitiques au Moyen-Orient, elles persistent et ont affecté les coûts de transport des conteneurs sur certaines routes maritimes. En outre, les prix internationaux du pétrole ont légèrement augmenté. Tandis que les matières premières agricoles, les négociations sur le soja, le maïs et le trigo ont continué à diminuer en raison des perspectives favorables de l’offre et de la modération de la demande mondiale.

Plan local

Par rapport au contexte local, l’IMAEP a enregistré une variation annuelle de 4,4% en décembre pour atteindre 2023 avec une augmentation cumulée de 5,0%. Le résultat intermédiaire s’explique par les impacts positifs de l’électricité et de l’eau, de l’industrie manufacturière et des services, tandis que l’industrie manufacturière, la construction et l’agriculture ont atténué la croissance de l’indicateur.

D’autre part, l’ECN a augmenté de 8,8% par an, tirée par les plus grandes sources de fournitures agricoles, d’appareils technologiques, de carburants, de produits chimiques et pharmaceutiques, d’équipements ménagers et de vêtements. L’indice de confiance des consommateurs (ICC) s’est maintenu dans la zone d’optimisme, atteignant 59,1 en novembre (57,5 en décembre).

L’inflation mensuelle de l’IPC était de 0,9% en noir. Cette augmentation est principalement attribuée à la hausse des prix de la viande vide et des déchets volatils, même si elle est contrebalancée par la baisse des prix des carburants. Dans la période intermédiaire, l’inflation s’est élevée à 3,4%, soit un taux inférieur au taux enregistré en décembre (3,7%). En revanche, l’inflation de l’IPCSAE a été de 0,4% mensuellement et de 3,6% annuelle. Quant aux anticipations d’inflation, les chiffres sont restés en ligne avec l’objectif de 4,0% pour tous les horizons consultés.

« Le CPM ratifie son compromis avec la stabilité des prix et suivra la recherche des dernières évolutions locales et extérieures, afin d’anticiper ses éventuelles répercussions sur la trajectoire de l’inflation et de prendre les mesures appropriées pour garantir l’atteinte de l’objectif de 4 %. à l’horizon de la politique monétaire», fait référence une partie du communiqué.