Economie

Climat extrême, désinformation et polarisation politique : telles sont les principales craintes des Perspectives mondiales 2024

À l’horizon 2024, les risques mondiaux qui pourraient conduire à une crise à l’échelle mondiale présentent une série de facettes inquiétantes.

Selon une enquête, 66 % des participants identifient le climat extrême comme un risque d’impact majeur, suivis par les 53 % qui craignent la désinformation générée par l’intelligence artificielle. Troisièmement, 46 % prévoient une augmentation des problèmes sociaux et de la polarisation politique, affectant différentes activités économiques.

Peu de temps après, 30 % s’attendent à des résultats globaux à fort impact au cours des deux prochaines années, tandis que 70 % prévoient un résultat modéré à un niveau inférieur. Cependant, sur une longue période (10 ans), 63 % déclarent que la probabilité d’événements catastrophiques est élevée ou très élevée, ce qui témoigne d’une inquiétude croissante au fil du temps.

Dans l’analyse des rivières à petite et grande échelle, elle met en évidence un changement significatif dans l’importance des rivières environnementales. Les événements climatiques extrêmes et les contaminations, qui occupent des positions localisées dans des zones courtes, atteignent le premier niveau dans les grandes zones, suggérant une augmentation exponentielle de leur impact au cours de la prochaine décennie.

Les informations contenues dans le Rapport mondial sur le Riesgos 2024 présentent les caractéristiques de l’Enquête mondiale sur la perception du Riesgos (GRPS), qui recueille des informations sur 1 500 cas signalés aux experts du Riesgos au niveau mondial.

Dans le domaine social, la polarisation, l’effondrement des opportunités économiques et les migrations involontaires persistent dans une large mesure, bien qu’ils soient éclipsés par la menace croissante des risques environnementaux liés au changement climatique.

Les risques économiques, tels que l’inflation et la chute de l’économie, ont pris de l’importance dans le projet ces dernières années, après avoir été surmontés par l’ampleur des risques environnementaux.

Compte tenu des risques mondiaux, certains marchés émergents sembleront connaître des tendances favorables en 2024. La réduction des taux d’intérêt et la relocalisation des calendriers gouvernementaux auront un impact sur des pays comme le Mexique, le Pérou et la Pologne. Ces pays, répertoriés pour réduire leurs impôts en 2024, bénéficient d’éclairages commerciaux et sont positionnés stratégiquement pour la délocalisation recherchée.

  • Climat extrême : avec 66 % des personnes interrogées signalant le climat extrême comme le risque mondial d’impact majeur.
  • Intelligence artificielle et désinformation : 53 % des personnes interrogées s’inquiètent du fait que l’intelligence artificielle génère des problèmes de désinformation.
  • Questions sociales et polarisation politique : 46 % prédisent une augmentation des questions sociales et de la polarisation politique.
  • Coût de la vie : bien qu’avec une prévalence moindre (42 %), le coût de la vie est donc susceptible d’avoir un impact sur la société dans son ensemble. L’inflation et la pression sur le pouvoir d’achat sont des facteurs préoccupants.
  • Cyberattaques : 39 % identifient les cyberattaques comme un risque très important.
  • Conflits armés à Corto Plazo : Les conflits armés entre pays sont mentionnés au fur et à mesure qu’ils se produisent à Corto Plazo.
  • Risques sociaux persistants : la polarisation sociale, l’échec des opportunités économiques et la migration involontaire sont donc comme des risques sociaux qui seront entretenus et même chéris au fil du temps.
  • Risques économiques à Largo Plazo : contrairement à d’autres risques, les risques économiques gagnent en dix ans une plus grande importance dans le projet, étant surmontés par les risques environnementaux et sociaux.