Finance

Derniers détails pour l’exportation de bananes vers le Chili et détails pour les importateurs de fruits et légumes

Le Service National de Qualité et Santé des Légumes et Semences (SENAVE) nous a informé que les derniers détails sont inhérents à l’exportation de bananes vers le marché chilien.

En ce sens, le pasteur Soria Melo, résident de l’entité municipale, a réuni une équipe technique qui a effectué une vérification des processus de production, emballage, conditionnement, analyse et conditionnement des bananes, dans l’établissement qui enverra une charge au prochain quelques jours pays débraillé.

Après la création, l’activité s’est développée dans l’entreprise productrice et exportatrice Misionero SRL, de Yrybucuá, département de San Pedro, actuellement qualifiée par le Servicio Agrícola y Ganadero (SAG) du Chili.

A cette occasion, Soria, propriétaire de l’entité mentionnée, a expliqué que l’objectif était d’assurer le respect de toutes les exigences et recommandations du SAG, pour l’entrée du produit sur son marché.

De même, il a exprimé sa satisfaction du résultat de la vérification, et a rendu le travail et les efforts conjointement avec le producteur, pour répondre aux besoins.

Enfin, je réitèrerai mon optimisme quant à la possibilité d’exporter vers le marché chilien exigeant, et je souhaite un avenir prometteur au produit, en attendant la qualité supérieure de la banane paraguayenne, combinée à la technologie et aux connaissances appliquées dans la production.

Lignes que doivent suivre les importateurs de fruits et légumes

D’autre part, dans un communiqué, SENAVE informe les importateurs de produits fruitiers et légumes, les lignes auxquelles ils doivent être mis en œuvre, conformément à la Résolution n° 479/21 de l’entité.

Selon la résolution, l’étiquetage de la totalité de l’envoi (boîtes et sacs) relève de la seule et exclusive responsabilité des importateurs.

De même, SENAVE vous informe que tous les envois de produits fruits et légumes qui ne sont pas dûment étiquetés au moment de leur entrée sur le territoire national seront renvoyés à l’entrepôt de l’importateur pour l’étiquette correspondante.

En outre, la commercialisation de produits à base de fruits et légumes importés qui ne portent pas l’étiquette correspondante est interdite. Celui-ci sera constitué en infraction et sera mis hors service.

« Le label garantit la qualité et la sécurité des produits. Le commerce sur les marchés sans licence représente un risque sérieux pour la santé des consommateurs et pour le statut phytosanitaire de la production nationale», a souligné l’institution susmentionnée.