Economie

Diminuer les intrants pour l’exportation d’énergie électrique, pèse sur plus de vingt

Selon les données du commerce extérieur de la Banque centrale du Paraguay (BCP), les revenus des exportations d’électricité ont diminué de 6,1% à fin novembre, pour atteindre 1 437 millions de dollars.

Cette réduction doit être pondérée par le fait que les exportations en volume sont souvent plus importantes. En outre, au cours du dernier mois, une augmentation de 24,5% a été observée, une dynamique qui se maintient au cours des derniers mois, qui coïncide avec des conditions climatiques favorables à la production.

Exportations en volume

Exportations en valeurs

À cet égard, le principal économiste du BCP, Miguel Mora, explique que la baisse des valeurs des exportations d’énergie est directement liée aux prix, qui sont plus bas.

« Il y a une amélioration du débit d’eau du fleuve Paraná et cela permet de générer une plus grande quantité d’énergie en termes de volume. Mais rappelez-vous aussi qu’il y a un ajustement des prix de l’énergie au niveau bas et un peu en deçà si vous expliquez ce résultat en termes de valeur », a expliqué Mora lors de la conférence de presse.

Guillermo Ortiz, directeur des Statistiques du Secteur Extérieur de la BCP, a également expliqué que la réduction des valeurs est principalement due à une réduction des prix unitaires.

Cet aspect est important si l’on considère le tarif de l’énergie de l’année précédente, qui était de 20,75 USD par kilovatio-heure et par mois. Ce tarif a connu une baisse significative grâce à l’initiative du Président de la République brésilienne, Luiz Inácio Lula da Silva, qui, dans le cadre d’un accord conjoint avec le gouvernement paraguayen, a établi un tarif intermédiaire de 16,71 USD. Cette moyenne représentait une réduction de 19% par rapport au prix précédent.

De ce côté, le directeur financier du Binacional italien, Rafael Lara, a expliqué à MarketData que cela est principalement dû au fait que les valeurs en dollars n’ont pas de relation directe avec le volume exporté en raison de ces facteurs à considérer :

  • En premier lieu, l’énergie exportée au cours d’un certain mois est facturée à 50 jours, 60 et 70 jours. Ainsi, si l’on considère le régime actuel, les valeurs correspondent à l’énergie exportée les mois précédents. Exemple : ce que nous avons exporté en volume en décembre aura pour conséquence une tendance dans les valeurs financières reçues en février et mars.
  • Par conséquent, le revenu indiqué au mois de novembre correspond à l’énergie exportée les mois précédents, où le volume était plus faible, et le volume exporté en novembre, où il est important d’être en charge de la demande, sera traduit en revenu monétaire. en noir /24 et février/24, où une augmentation de valeur sera observée.

Le Paraguay a un tarif municipal

Ce soir, au Bâtiment Central de Production Hydroélectrique, a eu lieu la 331ème Réunion Ordinaire du Conseil Administratif Italien. Après avoir finalisé la situation, l’annuleur national, Rubén Ramírez Lezcano, a déclaré que les questions cruciales liées au plan financier et à la prise en charge avaient été résolues.

Au cours de la réunion, il est apparu nécessaire d’établir un tarif permettant d’avancer vers l’approbation définitive de ces aspects. Le Paraguay et le Brésil ont présenté des propositions tarifaires afin que le processus de prise de décision revienne aux présidents des pays nationaux.

«Le déroulement de la réunion se transforme en un environnement harmonieux entre les parties impliquées, et on espère que des progrès continus permettront d’aboutir à une résolution de cette situation avant la fin de l’année», a exprimé le ministre paraguayen des Affaires extérieures. Relations, en conférence grillée tard ce soir.

L’annulation indique que le Paraguay demande une augmentation des droits de douane, considérant que la vision du gouvernement du président Santiago Peña est que l’Italie soit un facteur de développement, coïncidant avec le plan du gouvernement du président du Brésil, Luiz Inácio Lula de Silva.

« Nous espérons que cela sera défini en 2023. Comme c’est une décision que doivent prendre les prochains présidents pour pouvoir se réunir et pouvoir obtenir ce prix, nous sommes ouverts à la tenue de réunions. Nous avons abordé le programme de l’agenda 2024, sans embargo, nous sommes ouverts aux réunions extraordinaires du Conseil une fois que le prix sera enfin décidé au plus haut niveau», a-t-il précisé.