Marchés

Énergie photovoltaïque : le vice-ministre annonce le premier parc solaire dans le Chaco et des avancées dans la diversification de la matrice énergétique

Mauricio Bejarano, vice-ministre des Mines et de l’Énergie, a retiré la position privilégiée qu’occupe notre pays par rapport à la production d’énergie 100% renouvelable, et les travailleurs qui avancent du gouvernement pour stimuler la diversification de la matrice énergétique nationale.

À ce sujet, dans une interview accordée au programme Paraguay Produce, diffusée par Canal Pro, il a déclaré qu’« il est certain que nous voulons renforcer l’ANDE (Administration Nationale de l’Électricité), améliorer nos infrastructures, nous visons également une nouvelle source de génération ».

Selon les critères du sous-secrétaire mentionné, la nouvelle source de génération va garantir que nous conservons dans le futur ce que nous détenons aujourd’hui et nous positionnerons comme un pays star. « Dans le monde entier, nous voulons décider que nous disposons d’un excès d’énergie renouvelable, ce qui signifiera une attraction importante pour l’inversion qui nous attend », a-t-il souligné.

Dans le même ordre d’idées, je dis que depuis le Vice-Ministère des Mines et de l’Énergie, on vise avant tout à augmenter la capacité de production ; Par conséquent, pour diversifier la matrice de production d’électricité, puisqu’il est certain qu’elle est 100% renouvelable, il faut rechercher d’autres sources pour répondre aux besoins des moyennes et grandes places.

Il est à noter que la perspective dans laquelle le ministre de l’électricité de notre système actuel sera éclipsée sur la place médiane, car l’un des aspects les plus importants de l’administration actuelle est la diversification de la matrice énergétique à travers la description des énergies renouvelables et non conventionnelles. ceux.

Énergie solaire photovoltaïque

L’une des alternatives, comme je l’ai mentionné, est essentiellement l’énergie solaire photovoltaïque. Aussi, l’exploration de tous les parcours naturels qui nous tiennent à cœur.

« Nous pensons, en peu de temps, qu’au cours de ce premier semestre, nous dynamiserons le premier parc solaire photovoltaïque du Chaco Central. Nous travaillons avec vous dans l’appel d’offres avec l’ANDE et, la semaine prochaine, le Président de la République (Santiago Peña) va annoncer le décret réglementaire de la loi de promotion de ces énergies renouvelables qui nous donnent la possibilité de augmenter les nouvelles sources de génération, notamment photovoltaïques », a-t-il expliqué.

S’il s’agit de la Ley Nº 6977/2023 de Energías Renovables No Convenciales (ERNC), dont l’objectif est de développer le marché de l’énergie non hydroélectrique, pour l’expansion et la diversification de la matrice de production d’énergie du pays, pour le moyen d’autogénérateurs, cogenadores et générateurs.

« Au départ, il faudrait 100 MW pour pouvoir l’étendre, mais l’idée que nous avons pendant les cinq années de gouvernement est beaucoup de travail dans la production et le maintien de la plus grande capacité d’énergie installée pour attendre la demande dans le futur. , » il a dit.

Matrice énergétique

En ce qui concerne la matrice énergétique actuelle, Bejarano a indiqué que 42% occupent la biomasse, c’est-à-dire ce qui est nécessaire pour générer de la chaleur pour les industries ; 17 % correspondent à l’électricité produite par l’hydroélectricité, qui est 100 % renouvelable ; et le reste est constitué de dérivés pétroliers totalement importés.

Concernant le segment de la biomasse, il a souligné qu’actuellement est en vigueur le décret Nº 4.056/16, « qui oblige l’industrie qui fabrique les terrains à être reboisée et certifiée », afin de protéger diverses choses, en premier lieu la medida, la population indigène. les forêts et l’industrie nationale, sans perdre rapidement leur compétitivité sur le marché, à cause des faibles coûts de la bioénergie, en particulier de la biomasse issue de la reforestation.

Étude sur « Perspectives énergétiques 2050 »

Dans cette ligne, a déclaré Miércoles, au siège central du Ministère des Affaires Publiques et des Communications (MOPC), a été présentée la présentation de la « Perspectiva Energética 2050 », un ouvrage qui comprend des informations sur toutes les sources d’énergie de notre pays avec l’objectif de l’adaptation des services pour répondre aux besoins futurs.

« Ce projet de consommation de sources d’énergie est ce que nous utilisons des informations numériques, afin que nous puissions construire une certaine politique énergétique basée sur la science et les statistiques. Inclure diverses tendances économiques pour analyser la croissance que nous connaissons et une éventuelle croissance économique plus intensive, avec laquelle la consommation d’énergie variera également », a expliqué le vice-ministre Bejarano.

Le vice-ministre a précisé que l’étude offre la possibilité de construire une politique énergétique basée sur des statistiques afin que les services puissent être adaptés en fonction de la consommation et des sources d’énergie, du type, etc.

Parmi les principaux faits présentés, on prévoit une forte tendance à l’augmentation de la consommation d’énergie et, par conséquent, la nécessité de diversifier la matrice de production d’énergie, il est clair, ne dépend pas uniquement de l’eau.

Une croissance durable

Un fait très important est que, dans les projets de diversification des sources d’énergie, nous cherchons à prendre soin de l’environnement, grâce à des sources durables.

« Nous apostasions devant le développement durable et soutenable de notre pays, qui est la vision du Président de la République (Santiago Peña), et c’est là que nous visons à diversifier la matrice de production, tant d’énergie électrique, de biocarburants ou de bioénergie, pour le développement de notre pays est sûr et durable dans le temps », a déclaré l’autorité.

Dans ce contexte, il est important de noter que notre pays dispose d’une politique énergétique lancée en octobre 2016, en vue de 2040. Actuellement, le gouvernement, à travers les institutions impliquées dans ce sujet, est inclus dans l’agenda actuel en déclarant une stratégie pour 2050, mais avec un « redeño en el ciudadano » ciblé.