Marchés

Financiera FIC est cotée sur le marché de valeur et est émise sur de bonnes bases

Ce mardi, le financier FIC a marqué un succès dans son histoire en réalisant sa première émission de bonus à la bourse locale. La construction a eu lieu au bord du pont de la Bolsa.

Quant aux détails du bon, l’émission était structurée en trois séries de 20 milliards de gourdes chacune. La première série a été lancée avec un taux d’intérêt de 9,15 %, avec une maturité de 2,4 ans. Les intérêts seront payés tous les six mois et le capital sera reversé aux bénéfices.

La deuxième série propose un tarif de 9,50 % avec une place de 3,4 ans, tandis que la troisième 10 % à 4,9 ans de place.

Lors d’un entretien avec MarketData, le président de Financiera FIC, Luis Ortega, a souligné l’importance de l’association avec la Bolsa de Valores de Asunción BVA et avec Puente Casa de Bolsa, l’entité qui gère l’intégralité de l’émission de l’obligation.

Ortega a souligné que, même avant l’émission, toutes les bonnes choses avaient été placées, ce qui a généré une grande satisfaction et une grande confiance tant chez les clients existants que chez les nouveaux inversionnistes. Cette confiance, selon Ortega, est le plus grand atout qu’une institution puisse représenter. En outre, il convient de noter que Puente a demandé une émission majeure, ce qui témoigne de l’intérêt et de la confiance envers Financiera FIC.

Conversion de banc

Luis Ortega a déclaré qu’il avait entrepris une tâche ardue pour adhérer aux réglementations établies par la Banque centrale du Paraguay (BCP), suite aux intentions précédemment communiquées à l’organisme de réglementation de la carte, estimant que pour la seconde moitié de l’année en cours, le l’exigence minimale sera augmentée.

En outre, il a confirmé que le capital que le financier a placé dépasse ce qui est nécessaire et qu’il travaille à la préparation de la transition pour atteindre le statut de banque, il estime donc que pour la finale du deuxième semestre de cette année il pourrait être dans les conditions pour solliciter l’autorisation auprès de la Banque centrale avec l’espoir de démarrer ses opérations en tant que banque en 2025.

«Le capital que détient aujourd’hui le financier se situe dans le minimum requis comme pour une banque. Alors maintenant, nous faisons plus d’intégration. Il y a beaucoup d’intérêt de la part des passionnés du FIC. Tout d’abord, je voulais vous dire que la partie la plus compliquée est la partie réglementaire que nous devons mettre en œuvre et adapter à l’institution pour la transmettre à la magistrature », a-t-il déclaré.