Finance

« Hambre cero en las schools » : Gobierno promet un plus grand contrôle des cours et qu’il suivra avec prudence les programmes sensés

La création du Fondo Nacional de Alimentación Escolar (FONAE), qui utilisera la totalité du Fondo Nacional de Inversión Pública y Desarrollo (FONACIDE), sera à nouveau financée par divers programmes judicieux, et bénéficiera des revenus du Trésor, c’est-à-dire a décidé, avec prudence d’impuestos, a ensuite expliqué ayer miércoles la voix présidentielle, Paula Carro.

De cette manière, le Gouvernement s’engage, sans subir d’impuestos, à suivre des programmes de financement tels que BECAL, la Loi du Cero Orange pour les universités nationales, les fonds de santé et les enquêtes du Conseil National de Science et Technologie (CONACYT), entre autres.

Carro a affirmé que le FONAE et le conseil directeur correspondant, CONAE, permettront une meilleure planification de l’utilisation des cours pour l’année scolaire, en disposant également d’un « triple contrôle » : de l’organisme de contrôle du fonds, la Contraloría Générale de la République ( CGR) et la Dirección de Contrataciones Públicas (DNCP).

Il est indiqué que le nombre d’élèves et d’écoles qui les assistent dans chaque district du pays doit être quantifié, ce qui permettra l’administration des élections et la répartition des frais de scolarité pour chaque département du pays.

Mieux dans les contrôles

Le ministre de l’Éducation, Luis Ramírez, a pour sa part souligné que la proposition de l’Exécutif permettra un meilleur contrôle de l’utilisation des ressources par une partie des gouvernements et des municipalités.

«Aujourd’hui, pour vérifier votre âge scolaire, vous devez faire l’évaluation dans chaque gouvernance, c’est pourquoi le Conae définit les lignes directrices de toute gouvernance et les critères de qualité», ai-je déclaré lors de la conférence de presse.

Cela comprend également la conception de médicaments spécifiques à chaque région ainsi que les aliments à inclure dans chaque repas scolaire.

Représentant du Conseil des Gouverneurs

D’autre part, les gouverneurs des 17 départements du pays se sont également réunis avec le Président de la République, Santiago Peña, et les membres de son cabinet, pour expliquer les idées et autres aspects du projet qui crée le Fonds et le National Conseil de l’alimentation.

La gouverneure du Paraguay, Norma Zárate, a indiqué que la situation permettait de dissiper les doutes et que le Conseil des gouverneurs négocierait ensuite avec le pouvoir législatif pour garantir l’applicabilité du projet.

Un des points discutés est la continuité des fonds pour les travaux destinés aux départements, avec la suppression du FONACIDE qui propose le projet « Hambre Cero ».

La semaine prochaine est prévue une rencontre entre le président Santiago Peña et les représentants de l’OPACI, organisée comme reconnue comme l’organisme officiel représentant les municipalités de tout le pays.

Mesa de Trabajo en Diputados

D’autre part, le président de la Chambre des députés, Raúl Latorre (ANR), a annoncé la création d’une table de travail pour aborder le projet législatif susmentionné.

« Nous allons créer une table de travail pour le projet ‘Hambre Cero’ au sein des députés pour dialoguer avec les banques avec des représentants du HCD, des représentants du Pouvoir Exécutif impliqués dans le présent projet, des gouverneurs et des intendants de notre pays », après le législateur, dans ses règles sociales.

Je suis d’accord que l’objectif est d’aborder le projet législatif actuel dans le cadre d’un consensus significatif entre tous les secteurs concernés, à partir d’un dialogue constructif avec tous les secteurs politiques représentés à la Chambre basse.

« Nous sommes convaincus qu’un dialogue ouvert et franc, donnant la priorité aux enfants, est la clé du résultat de cette initiative historique. Notre intention est de travailler sur ce projet juridique dans le cadre d’un consensus important entre tous les secteurs concernés », je le répète.

J’ai aussi écrit que l’objectif est que 100% des enfants de notre pays continuent d’aller à l’école, ce qui signifie une année préalable d’apprentissage contre le soleil, la pauvreté est en faveur d’une meilleure éducation.

« Nous sommes fermement convaincus qu’un dialogue franc et ouvert, axé sur les besoins des enfants, est fondamental pour l’aboutissement de cette initiative historique », a-t-il souligné.

Ce que propose le projet juridique

Le projet exécutif propose des changements dans la répartition des ressources, une gestion centralisée et un Conseil national de l’alimentation scolaire.

Dans l’explication des raisons, il est expliqué qu’en réalité, trois jours sur dix pendant lesquels les enfants vivent sans recevoir quotidiennement une nourriture adéquate.

« Hambre Cero en las Schools » permettra à 100% des étudiants de terminer leur scolarité pendant les 180 jours de l’année académique. Le Paraguay produit de la nourriture pour 80 millions de personnes et il est inacceptable que nous ne puissions pas servir un repas nutritionnel à nos enfants et augmenter leur temps en classe », indique une partie du document.

Il explique également qu’il y a 1,3 millions d’élèves dans le système scolaire, mais que, néanmoins, en moyenne seulement 5% recevront l’allocation pendant toute l’année scolaire.