Finance

La BCP doit injecter davantage de liquidités pour continuer à encourager le crédit, selon les banques

Le Rapport sur la situation générale du crédit, préparé par la Banco Central del Paraguay (BCP), a publié ses résultats jusqu’au quatrième trimestre 2023 et a révélé que le contexte actuel est propice à la poursuite de l’expansion du placement de crédit par une partie des entités bancaires.

Dans une étude, l’enquête a révélé que plus de 70 % des entités considèrent la situation comme optimale pour obtenir du crédit, tirée par la croissance économique et l’inflation dans la Bay Area.

Toutefois, les banques soulignent la nécessité d’une importante injection de liquidation par la BCP, pour continuer à relancer le crédit. Ils ont également demandé la génération de projets rentables et une amélioration de l’information sur les emprunteurs.

Il convient de mentionner que nos prévisions, à la fin de 2023, connaîtront une croissance de 12%, augmentant ainsi le rythme d’expansion qu’elles ont affiché tout au long de l’année. Au total, la carte de crédit s’est élevée à 141,1 milliards de gourdes.

Face au résultat optimiste qui reflète l’information, l’économiste principal de la BCP, Miguel Mora, a indiqué que les perspectives favorables pour augmenter le crédit sont fortes, motivées par divers facteurs macroéconomiques récents. En outre, la croissance économique de 2023 se démarque, notamment dans des secteurs clés tels que l’agriculture et la production d’électricité.

Au niveau sectoriel, Mora a indiqué que des résultats positifs sont attendus pour la prochaine campagne agricole, avec une production similaire à celle de l’année précédente pour des cultures comme le soja, et une reprise de la production de maïs et de mauvaises herbes.

En outre, l’ouverture du marché européen des produits carnés a ajouté une nouvelle différence aux exportations du pays.

D’un autre côté, la récente augmentation de la notation de crédit du pays par Standard & Poor’s a également créé un environnement de plus grande confiance pour les investisseurs.

L’économiste Jefe a également enregistré la décision du nouveau Gouvernement de cumuler avec les deux versants. Les inversions dans les infrastructures et l’industrie manufacturière annoncées par le Ministère de l’Économie et des Finances (MEF) contribuent également aux perspectives de croissance et à l’augmentation du potentiel productif du pays, ce qui se traduit par un plus grand optimisme quant aux besoins de financement et de croissance du crédit financier.

Augmenter la liquidité

En réponse à la nécessité d’élargir les banques pour stimuler le crédit, Miguel Mora a indiqué que la Banque centrale a récemment entamé un processus de normalisation de la politique monétaire, ce qui permettra d’augmenter la liquidité du marché. Celle-ci, reflet de l’inflation, continue de rechercher son objectif, comme dans les anticipations inflationnistes qui convergent vers l’objectif de 4% par an.

Il en ressort également que, pendant la période transcurrente allant du début du second semestre 2023 au début 2024, la Banque centrale a réduit la commission de politique monétaire (TPM) à 200 points de base.

« Nous voyons simplement les résultats du marché financier en termes de crédit, qui augmentent à des rythmes adaptés, disons-nous, au niveau du développement économique. Il faut donc comprendre que la liquidité est appropriée, en tenant compte de la croissance économique et des niveaux d’inflation attendus», a expliqué l’économiste Jefe.

D’autre part, Bernardo Rojas, directeur des Statistiques Macroéconomiques, a reconnu que la BCP surveille la liquidité, qui est définie comme correcte en fonction des conditions macroéconomiques.

« Nous surveillons et maintenant, en fait, c’est ainsi que nous menons notre politique monétaire. Nous voyons au moins ces derniers temps que la taxe interbancaire est due au TPM, c’est aussi le signe d’une bonne liquidité qui gère le marché et, donc, compatible aussi avec nos objectifs, avec notre politique fiscale monétaire, évidemment , qui vise à maintenir notre inflation autour de 4% », a soutenu Rojas.