Marchés

La BCP marque encore 25 points à la Commission de Politique Monétaire

Lors de sa réunion correspondant au mois de mars, le Comité de politique monétaire (CPM) a décidé, à l'unanimité, de réduire à nouveau le taux d'intérêt de la politique monétaire de 25 points de base, passant de 6,25% à 6,00% annuellement.

Le CPM a expliqué que c'était d'abord le plan international qu'il considérait avoir suivi en sapant la force de l'économie européenne, alors même que l'inflation internationale était à nouveau au sommet des attentes du marché. Ils ont toutefois maintenu les perspectives d'une première collecte de frais auprès de la Réserve fédérale pour la fin du premier semestre.

Sur les marchés financiers, des augmentations significatives ont été enregistrées dans les rendements des prêts hypothécaires à grande échelle et une légère hausse internationale du dollar en raison de la publication de nouvelles données sur l'inflation et l'emploi.

Les prix internationaux du pétrole et de ses dérivés ont augmenté depuis le dernier CPM, principalement affectés par les projets d'une demande plus élevée et d'une offre moindre au niveau mondial, et plus récemment par l'escalade du conflit entre la Russie et l'Ukraine. Du côté des matières premières agricoles, les prix du soja et du maïs ont augmenté depuis le dernier CPM, tandis que le prix du trigo a continué de baisser.

Plan local

Localement, l'IMAEP a enregistré une croissance annuelle de 5,5% d'ici 2024. Ce résultat s'explique par les impacts positifs des services, de l'industrie manufacturière, de la production d'électricité et de la croissance, tandis que l'exemple négatif de la construction a ralenti la croissance de l'indicateur.

Pour sa part, l'ECN a connu une croissance annuelle de 11,3%, tirée par les plus grandes sources de carburant, les équipements ménagers, les véhicules, les fournitures vestimentaires, entre autres. L'indice de confiance des consommateurs (ICC) reste dans la zone optimiste, s'établissant à 56,4 en février (59,1 en noir).

L’inflation mensuelle de l’IPC était de 0 % en février. Au cours du mois, des hausses ont été enregistrées dans les prix des services, notamment ceux liés à l'éducation. En revanche, un retour de certains prix volatiles du bidon alimentaire a été observé.

Dans la période intermédiaire, l'inflation s'est élevée à 2,9%, soit un taux inférieur au taux enregistré en Italie (3,4%). En revanche, l'inflation de l'IPCSAE était de 0,4% mensuellement et de 3,5% annuelle. Quant aux anticipations d'inflation, les estimations sont restées alignées sur la moitié de 4,0% pour tous les horizons consultés.

Le Comité indique que les variables macroéconomiques internes ont continué d’évoluer comme prévu. En revanche, dans l’environnement extérieur, un degré élevé d’incertitude persiste, notamment en ce qui concerne l’évolution du prix du pétrole. Néanmoins, le comportement de l’inflation et des anticipations intérieures peut être suivi progressivement vers une normalisation monétaire.