Non classé

L’ancien patron de DWS, Asoka Woehrmann, touche une indemnité de départ de 8,2 millions d’euros


Pour les dernières nouvelles et des rapports détaillés, inscrivez-vous à la newsletter de FN sur la gestion d’actifs ici

DWS, la branche de gestion d’actifs détenue majoritairement par Deutsche Bank, a versé à son ancien directeur général plus de 8 millions d’euros d’indemnité de départ l’année dernière, à la suite de sa démission surprise après la perquisition des bureaux de l’entreprise dans le cadre d’une enquête en cours sur l’écoblanchiment.

Asoka Woehrmann a reçu une indemnité de départ de 8,2 millions d’euros, selon le rapport annuel de DWS, publié le 17 mars. Cela s’ajoute aux 5,9 millions d’euros que Woehrmann a reçus en salaire total pour l’année, composé du salaire de base, des avantages et d’autres primes.

DWS a déclaré que Woehrmann recevrait 40% de l’indemnité de départ à l’avance, le reste étant payé en versements égaux sur une période de cinq ans sous forme différée. Tout élément du paiement composé d’actions DWS devra être conservé pendant un an après l’acquisition.

DWS a également accordé à l’ancien directeur général Mark Cullen 1,3 million d’euros et à l’ancien directeur des investissements Stefan Kreuzkamp 3,5 millions d’euros d’indemnités de départ. Le duo a quitté DWS en décembre.

Woehrmann a démissionné de son poste de PDG du gestionnaire d’actifs le 1er juin, quelques heures après que les autorités allemandes ont perquisitionné les bureaux de Francfort de DWS et de Deutsche Bank.

Une cinquantaine d’agents du parquet de la ville, aux côtés du régulateur allemand du marché BaFin et de l’Office fédéral de la police criminelle, ont été déployés dans les bureaux pour le raid du 31 mai au matin.

Le directeur général du DWS déclare que les allégations de greenwashing et les attaques personnelles étaient un fardeau, « surtout pour ma famille »

Woehrmann, qui a pris ses fonctions de PDG en octobre 2018, a été remplacé par Stefan Hoops, qui était auparavant responsable de la banque d’entreprise du prêteur allemand.

Le gestionnaire d’actifs a fait l’objet d’enquêtes de la part de la BaFin allemande et de la Securities and Exchange Commission des États-Unis depuis que son ancienne responsable du développement durable, Desiree Fixler, a affirmé qu’il avait surestimé ses références ESG dans son rapport annuel 2020.

Hoops a déclaré aux analystes lors de l’appel sur les résultats du quatrième trimestre de DWS en février que le gestionnaire d’actifs s’en tenait à ses divulgations ESG et se concentrait sur la résolution des discussions avec les autorités « le plus rapidement possible ».

DWS, qui, dans le cadre d’un examen interne, a parcouru quelque trois millions de documents, a remanié son conseil de durabilité du groupe en un comité du conseil d’administration. Il a également mis en place un bureau de surveillance du développement durable au sein de la division du bureau financier principal et a mis en place une équipe dédiée à la stratégie de développement durable.

Hoops a déclaré en février qu’il ne pouvait pas exclure des amendes réglementaires.

En plus du paiement de Woehrmann, DWS a payé 1,3 million d’euros au directeur général Mark Cullen et 3,5 millions d’euros à son responsable des investissements Stefan Kreuzkamp. Le duo a quitté DWS en décembre.