Marchés

Le MEF peut demander un paiement court au BCP et résoudre la charge administrative des projets avec les coopérateurs

Le Pouvoir Exécutif a publié un décret par lequel il autorise le Ministère de l’Économie et des Finances (MEF) à gérer devant la Banque Centrale du Paraguay (BCP) les adelantos de plazo court pour l’exercice en cours.

Ceci dans le cadre des dispositions contenues dans l’article 58 de la Ley N° 489/1995, « Organisation de la BCP », modifiée par la Ley N° 6104/2018.

« Exiger du ministre de l’Économie et des Finances qu’il approuve et signe les documents nécessaires pour formaliser la gestion autorisée en vertu du présent décret », mentionné à l’article 2 du décret du 19 janvier 2024 susvisé.

Il convient d’expliquer que cet outil est normalement utilisé pour remplir les compromis de l’acte flottant avec les champions et autres partisans de l’État.

La demande de plazo court est un outil financier prévu dans la Ley N° 1535 de Administración Financiera del Estado, qui autorise le Ministère de l’Économie à solliciter les candidats du BCP concernant la récupération fiscale.

Il s’agit d’une ressource que la Trésorerie générale utilise chaque année au cours des premiers mois pour couvrir la dette flottante issue de l’année précédente. Ces fonds doivent être versés à la BCP au cours du même exercice, comme décidé avant le 31 décembre, avec de véritables déclarations du Trésor (la déclaration d’impôts).

Acuerdan nouveaux lineamientos con coopérantes

D’autre part, les ministres des Relations extérieures, Rubén Ramírez Lezcano et de l’Économie et des Finances, Carlos Fernández Valdovinos, ont rencontré des représentants des différents organismes de coopération pour leur communiquer les nouveaux mécanismes qui établissent le gouvernement pour assurer la transparence de l’administration des biens publics. ressources et coopération.

Selon l’Annulation Nationale, comme la première pensée il est entendu que la coordination des projets et programmes de coopération relèvera exclusivement de la responsabilité des Ministères de l’Économie et des Relations Extérieures, afin d’orienter les actions vers les priorités établies par le Gouvernement, de être plus efficace pour le public et éviter la superposition de projets.

Dans ce cas, l’établissement d’un maximum de 4% du gaz administratif a également été établi pour tous les projets et programmes évoqués au préalable par le Gouvernement.

En outre, les collaborateurs devraient entamer dans les plus brefs délais un travail commun pour analyser les projets et programmes en cours, afin de les adapter à ces nouvelles lignes sans ignorer les compromis faits par le Gouvernement.

Les autorités ont valorisé et reconnu le travail qui découle du développement des organisations de coopération dans le pays, ont rejoint la communication des Relations Extérieures.