Marchés

Le président par intérim de l'INCOOP souligne la nécessité d'adopter la technologie pour renforcer la sécurité dans les coopératives

Ce lundi a eu lieu la cérémonie de nomination du président par intérim de l'Instituto Nacional de Cooperativismo (INCOOP), Carlos Romero Roa, désigné par le décret présidentiel n° 1.412, pris le 21 mars 2024.

Lors de l'événement, le propriétaire d'INCOOP, Carlos Romero Roa, a compris l'importance d'incorporer les nouvelles technologies dans les coopératives pour établir un système de contrôle efficace garantissant la sécurité du secteur coopératif.

Accompagnant l'événement étaient les membres suivants du Conseil Directeur : Fabia Cáceres, représentante du Secteur de Cooperativas de Ahorro y Crédito ; Marta Méndez de Bareiro, représentante du Secteur de Cooperativas de Producción ; y Estela Vallena, représentante du Secteur de Cooperativas de Otros Tipos.

Etaient également présents le sénateur national, Carlos Nuñez Agüero ; l'ingénieur Nicasio Romero, vice-ministre du SIGEST ; l'ingénieur Edgar Esteche, président de l'IPTA ; et l'ingénieur agronome Leticia Soria, Despacho Officier de la Présidence du SENAVE.

Participent également les présidents et les représentants des Confederaciones, Centrales, Federaciones et Entidades Cooperativas à cette activité établie.

Dans une interview accordée à Radio Ñanduti, Romero Roa a assuré qu'il considérait le fret comme une opportunité d'aligner stratégiquement le secteur coopératif et de maintenir son efficacité au Paraguay.

Dans le détail, avant de prendre en charge la cargaison, il exerçait les fonctions de conseiller, après avoir été élu lors de la dernière Assemblée nationale des coopératives. Depuis, ils travaillent au sein du Conseil, en se concentrant sur un plan de développement qui aborde les aspects internes et institutionnels, ainsi que les hypothèses externes relatives aux coopératives.

Il a souligné la nécessité de mettre en œuvre des lignes directrices actuelles et avant-gardistes dans l'utilisation de la technologie pour le contrôle et la fiscalité des coopératives. L'objectif initial est de disposer d'un système mis à jour en rouge pour environ 50 coopératives de catégorie A.