Marchés

Les impayés bancaires diminueront et augmenteront de 2,9% en 2023 avec l’ajout de liquidités

Même si nos prestataires ont connu une croissance très rapide en 2023, même si la tendance était légèrement inférieure à celle de 2022, le retard a montré une modération à la fin de l’année 2023.

L’année récemment culminante a été caractérisée par un taux de délinquance qui a fluctué entre 3,4% et 3,6%, ce qui constitue le pic le plus élevé en deux décennies, selon les registres de la Surintendance des Banques.

Ce défaut de 2,9% enregistré en décembre, sans embargo, en valeurs réelles atteint 4,1 milliards de gourdes, soit l’équivalent de 562 millions de dollars. En revanche, les prêts refinancés sont bien présentés, mais ils ne sont pas significatifs.

Dans une interview accordée à MarketData, l’économiste Wildo González a expliqué qu’en général, cette réduction des arriérés est due à la dynamique du marché du travail, du fait que, surtout en décembre, les gens reçoivent généralement des revenus supplémentaires tels que de l’argent liquide et d’autres compensations. .

Similitude, notamment que ces revenus supplémentaires au menu sont destinés au paiement de deux, ce qui se traduit par une réduction des arriérés en fin d’année dans le système financier, mais cette tendance varie selon l’intensité de l’activité économique et la marché du travail : dans les périodes de plus grand dynamisme, la réduction des arriérés est plus notoire, tandis que dans les périodes de moindre activité économique, la réduction est plus marginale.

Par rapport à ces perspectives, González a considéré qu’il est très probable que l’économie croisse entre 3,5% et 4% en 2024, en raison de l’espoir que le marché du travail retrouve son rythme de création d’employés.

Cependant, l’économiste a indiqué qu’à mesure que l’environnement politique et économique s’améliore, on pourrait assister à un plus grand dynamisme du crédit et à une réduction des arriérés du système financier.

Politique monétaire

En ce qui concerne l’effet de la taxe de politique monétaire (TPM), Wildo González explique qu’elle influence les niveaux d’arriérés du système financier et qu’une TPM plus faible favorise le crédit, ce qui a un impact positif sur l’économie. Ceci, une fois de plus, dynamise le marché du travail, améliorant la contribution du travail des personnes.

« Ainsi, avec une plus grande capacité de paiement, réduisez les arriérés. En résumé, les récentes suppressions du TPM pourraient accroître la demande de crédit et, à terme, avoir un effet positif sur la capacité des gens à payer leurs dettes », argumente-je.

CARTE RRR

Cependant, le taux de refinancement, restructuration et rénovation (RRR) était de 13,96% en décembre 2023, inférieur aux 14,2% du mois précédent.

À ce sujet, l’économiste a commenté qu’en examinant ces documents, Il convient de noter que les rénovations papier représentent les changements les plus notables, tandis que les refinancements, qui suivent un schéma plus cyclique, tendent à refléter le comportement des indicateurs économiques.

En référence aux prochains mois et étant donné que cet indicateur tend à rester stable, à moins d’être confronté à des impacts économiques significatifs, un impact négatif sur les RRR pourrait être attendu dans un environnement économique favorable pour 2024. Cela se traduira par des réductions marginales sur la carte RRR dans les mois à venir.