Finance

Les importations sous le régime des matières premières et la consommation ont augmenté en février et ont atteint 57,7 millions de dollars.

Dans la nuit de février, la direction de Règlement spécial du Vice-Ministère de l’Industrie, pour connaître mensuellement les données sur les importations de matières premières et industrielles, par lesquelles les achats sont autorisés pour un total de 57,7 millions de dollars.

Cela représente une variation positive de 28%, par rapport à la même période de 2023, où un total de 44,9% de dollars avait été enregistré.

En outre, le document indique qu’au cours du seul mois de février, des importations de plus de 28 millions de dollars ont été autorisées, ce qui correspond à un total de 403 appels d’offres dans le cadre de ce programme d’incitation, dont ont bénéficié jusqu’à 54 industries.

Au total, en février, 788 demandes d’importation ont été approuvées, ce qui représente une augmentation de 6%, bénéficiant à plus de 146 industries qui opèrent sous cette modalité, ce qui générait auparavant une augmentation de 4% du montant cumulé entre ces deux mois par rapport à l’année dernière.

Il convient de noter que 69% des importations relevant du régime d’importation de matières premières sont concentrées dans les secteurs métallurgique, chimique et pharmaceutique. Où les produits métalliques avaient une participation de 28,1%.

Alors que les produits chimiques et pharmaceutiques représentaient 11,8%, en revanche, la fabrication de produits du tabac représentait 4,9% ; papier et produits d’imprimerie, 3,3%, et produits en caoutchouc et en plastique, 2,6%.

Destinations d’achat

Similitude, le document révèle que 72% des importations de matières premières proviennent de Chine et d’Inde, où le premier pays détient 56% de part de marché.

De même, parmi les destinations d’achat figurent le Japon, avec 6 % du marché ; De même, les États-Unis ont une participation de 4% et l’Espagne de 3%, tandis que les 4% restants sont répartis entre le Vietnam et la Turquie.

Sur le total des importations autorisées en 2024, 93 % des industries sont principalement concentrées dans le département Central, avec 75 %, tandis que 13 % sont situées dans le Haut Paraná et 4 % dans la Capitale.