Marchés

Plus de 40 entreprises de transports publics ont été condamnées à une amende, a été nommé vice-ministre

Le vice-ministre des Transports, Guido Benza, a informé qu’à ce jour, 40 entreprises de transports publics ont été condamnées à des amendes, et quatre d’entre elles ont été vues dans les milieux sociaux.

« Les vidéos qui deviennent virales sont mises en avant pour appliquer des amendes. Incorporons les cas qui sont répandus dans les sphères sociales dans le chronogramme d’activités du Département de Fiscalisation et de Contrôle, pour obtenir la sanction correspondante, une fois constatés», a-t-il commenté.

Le sous-secrétaire a insisté sur le fait que les contrôles soient constants. « Chaque jour, nous effectuons des relevés fiscaux dans les rues et nous le suivrons en le faisant car c’est la base pour améliorer le système de transport. Nous ne laisserons pas les entreprises échouer avec le service public », nous assurerons ce service.

Dans ce contexte, il a été souligné que l’une des premières mesures pour la mise en œuvre du service de transport réalisée dans son administration a été la promulgation de la résolution n° 07/2024, pour laquelle des exigences plus élevées sont imposées aux entreprises de transport agréées de la zone métropolitaine d’Asunción. Cette initiative a permis un ajustement important dans le barème des amendes et l’incorporation des infractions.

« Nous allons déposer des plaintes via la ligne WhatsApp 0986 898 600 ou via le formulaire virtuel qui se trouve sur l’espace web du Viceministerio de Transporte, car le confort et la sécurité des passagers sont une priorité à l’ordre du jour du système de transport. . Ces canaux nous permettent de bénéficier directement des expériences des utilisateurs », a-t-il expliqué.

Les principales raisons de la sanction étaient la climatisation, les conditions de confort dans les bus, les circulaires avec portes ouvertes et le non-respect des réglementations obligatoires établies par le Vice-Ministère des Transports. Ces infractions prévues par la résolution N.° 07/2024 sont passibles d’une amende de 10 jours minimum (G. 1 030 910).