Economie

Secteur de la construction : la mission d’assurer la croissance dans un contexte de faible inversion publique

L’inversion publique accumulée en février de cette année s’élève à 157,3 milliards de gourdes, soit 82,4% de moins qu’au cours de la même période de l’année dernière. Ce niveau enregistré est conforme au plan de convergence budgétaire proposé par le Gouvernement.

Ce résultat pourrait avoir des répercussions négatives sur le secteur de la construction, que l’on connaît depuis le deuxième trimestre 2022. De plus, on observe une réduction de la demande en matériaux de construction.

Cependant, selon les données de la BCP, on espère que ce secteur connaîtra cette année une reprise de 4,7%, portée par le secteur privé. De plus, au cours du quatrième trimestre de la dernière année, 3 966 nouveaux employés ont été générés dans cette catégorie.

Selon les informations fournies par la Situation Financière de l’Administration Centrale (Situfin), l’inversion cumulée à la fin de la période de deux mois s’est élevée à 157,3 milliards de gourdes, ce qui représente une diminution de 82,4% par rapport à celle réalisée dans le Le mois de février de l’année dernière était de 895,8 milliards de gourdes.

Selon l’inversion publique analysée, selon le rapport susmentionné, ce chiffre représente 2,2% du Produit Intérieur Brut (PIB). Au cours de la même période de l’année dernière, il représentait 2,7% du produit.

À ce stade, il est important d’expliquer que l’administration actuelle avance sur le plan de convergence budgétaire afin de revenir au sommet du déficit stable de 1,5% de la Ley de Responsibilidad budgétaire d’ici 2026.

Avant cela, dans le rapport Situfin, le ministère de l’Économie et des Finances (MEF) assure que le niveau d’inversion est conforme à la trajectoire de convergence budgétaire.

Il convient d’expliquer qu’à partir de 2022, le niveau de changement public est en baisse, car pendant la pandémie, il est devenu l’un des secteurs les plus dynamiques, en raison de l’impact du secteur gouvernemental précédent, en tenant compte de l’effet multiplicateur de cette catégorie. .

Cette décision du moindre revirement public a eu un impact négatif sur le secteur de la construction, ce qui a affecté la demande de matériaux de construction et la réduction de la main d’œuvre.

À cet égard, selon l’Estimateur des chiffres du commerce (ECN), en février de cette année, les matériaux de construction ont enregistré une variation annuelle de -5 %.

Selon la Banque centrale du Paraguay (BCP), le secteur mentionné a connu des déclins depuis le deuxième trimestre de 2022, qui se sont poursuivis jusqu’au troisième trimestre de l’année dernière.

Au deuxième trimestre 2022, une baisse de 5,1% a été enregistrée, suivie d’une diminution de 6,1% au trimestre suivant, et d’une réduction de 12,2% au dernier trimestre de la même année.

Au premier trimestre de l’année suivante, la chute s’est encore accentuée, atteignant 13,8 %. Au deuxième trimestre, la baisse a été de 4,8 %, suivie d’une baisse de 2,2 % au troisième trimestre. Globalement, jusqu’au troisième trimestre de l’année dernière, le secteur a accumulé un impôt négatif de 7,2%.

Selon la banque mère, le comportement du troisième trimestre de l’année dernière est influencé par le rythme plus lent d’exécution des tâches tant privées que publiques, et est finalement lié principalement au plan de convergence budgétaire. On estime que le secteur enregistrera une baisse de 5,7% fin 2023.

ESTIMATION DU SECTEUR ET DE L’EMPLOI

La Banque centrale prévoit une reprise de la construction de 4,7%, tirée principalement par le secteur privé. « De bonnes perspectives économiques, des taux d’intérêt plus bas et la stabilisation de l’inflation autour de l’objectif sont des facteurs qui pourraient contribuer positivement à l’amélioration du secteur (secondaire) », a indiqué la BCP dans son rapport.

D’autre part, les données de l’Instituto Nacional de Estadísticas (INE), qui montrent qu’entre octobre et décembre 2023, le secteur de la construction a généré 1 412 employés de plus qu’au dernier trimestre de 2022. Au total, la population occupée dans la rubro est 215 312.

En outre, ce chiffre représente une augmentation de 1.412 employés par rapport au quatrième trimestre 2022 et une différence de 3.966 entre le troisième trimestre (211.346) et le quatrième trimestre (215.312) 2023.

«PILIER FONDAMENTAL POUR LE DESARROLLO DU PARAGUAY»

Le président de la Chambre Vial Paraguaya (Cavialpa), Paul Sarubbi, a souligné l’importance cruciale que le secteur de la construction a dans l’économie nationale et sur le papier comme moteur du développement et du progrès.

Dans le bulletin hebdomadaire du groupe, Sarubbi a signalé que « les constructeurs doivent suivre le chemin que nous parcourons à partir de là où nous comprenons que nous sommes un secteur fort, qui s’ouvre à l’économie nationale », a-t-il déclaré.

Le secteur de la construction n’est pas seulement un générateur de main d’œuvre, mais aussi un moteur d’innovation et de collaboration, en particulier la nécessité vitale de combler le déficit d’infrastructures auquel le pays s’attaque, explique le propriétaire de Cavialpa.

En outre, il a compris l’importance du fait que les entreprises de construction sont des alliées stratégiques du gouvernement, travaillant dur pour concrétiser des projets qui profitent ensemble à l’entreprise. « C’est possible et ce sera réel, parce que nous avons nos bras, notre esprit et la volonté nécessaire pour cela », a-t-il souligné.

En ce sens, l’ingénieur a été appelé à dessiner une vision générale du Paraguay que chacun imagine, où l’infrastructure est un pilier solide qui stimule le développement social et économique. Sarubbi a conclu en réaffirmant la capacité et la détermination du secteur de la construction à contribuer de manière significative à l’avenir prospère et durable du pays.

INVERSION PUBLIQUE ANNUELLE DE 1 000 MILLIONS USD

La semaine dernière, Guillermo Mas, président de la Chambre paraguayenne de l’industrie de la construction (Capaco), lors d’une réunion avec le ministre de l’Économie, Carlos Fernández Valdovinos, lui a déclaré qu’ils l’exhortaient à maintenir une croissance durable dans l’inversion des infrastructures, plus que USD 1 000 millions par an.

«Nous avons exprimé au ministre notre volonté d’être encouragés dans les travaux publics et de maintenir une croissance durable en termes de retournement des infrastructures. Nous parlons d’un plan ambitieux visant à renverser 1 000 millions de dollars par an », a-t-il déclaré.

L’asymisme, je dis que cela parlait aussi des attentes qui existent dans le secteur de la construction et des projets d’inversion par une partie du Gouvernement. « Célébrons la question des primes qui ont été réalisées, puisqu’une grande partie d’entre elles servira à financer des actes de travaux et de nouveaux travaux », a-t-il déclaré.

Quant aux projets, on constate que de grands travaux sont à venir qui dynamiseront le secteur. Parmi ceux mentionnés figurent la construction de la Ruta de la Soberanía, l’Alliance Public-Privé pour l’expansion de la Route 1, les travaux d’eau et d’assainissement des villes du Département Central et de la Ville de l’Est, ainsi que la construction de écoles et hôpitaux par l’intermédiaire du Ministryio de Obras Públicas y Comunicaciones (MOPC).