Non classé

Un cottage du personnel du XVIIIe siècle demande maintenant 9,5 millions de livres sterling dans le chic Wimbledon de Londres


Dans le quartier chic de Wimbledon à Londres, à quelques minutes des célèbres courts de tennis, une maison historique aux débuts modestes est sur le marché pour 9,5 millions de livres sterling (11,56 millions de dollars).

Construit vers 1790, Bardon Lodge a commencé sa vie comme un « cottage » pour le palefrenier qui s’occupait des chevaux d’un manoir voisin, selon l’agence de référencement Savills.


Quelque 100 ans plus tard, il abritait Walter Bagehot, rédacteur en chef de longue date de The Economist et largement considéré comme le «journaliste politique et économique le plus influent» de Grande-Bretagne, qui a agrandi la propriété, qui est arrivée sur le marché le mois dernier.

Ces jours-ci « Bardon Lodge est une maison familiale remarquable sur l’une des routes les plus prestigieuses de Wimbledon », a déclaré James Morrison, de Savills Wimbledon, dans un communiqué. À quelques pas de Wimbledon Common, le vaste parc du quartier, la maison « a une atmosphère tranquille et semi-rurale et est restée relativement inchangée depuis plus de 150 ans ».

La maison de trois étages est « enchanteresse », a-t-il ajouté, notant le toit à pignon, les grandes baies vitrées et le jardin clos.

Savills

Un escalier incurvé est la caractéristique hors concours du hall d’entrée, qui mène à un salon, un bureau et une cuisine sur mesure avec des comptoirs en pierre. Il y a aussi une salle à manger formelle avec des carreaux de sol colorés qui proviendraient des Chambres du Parlement de Londres, selon la liste.

Il y a cinq chambres aux étages supérieurs, dont une suite principale avec vue sur Wimbledon Common et un dressing, et une cave offre un espace de stockage.

Une annexe indépendante, actuellement utilisée comme bureau à domicile, abrite une sixième chambre ainsi qu’un salon et une salle de bains.

Savills

À l’extérieur, le jardin clos bien entretenu entoure le côté de la maison et dispose d’une grande terrasse pavée menant à une salle à manger extérieure sous une pergola en pierre avec des arcs gothiques.

On ne sait pas combien le propriétaire, qui n’a pas pu être joint pour commenter, a payé la maison ou quand il l’a acquise.